Lien vers le site du projet

Le projet « Les Orients désorientés » , lancé en 2009 au CELIS dans le cadre du programme de recherche « Altérité, rencontre, métissage », est co-dirigé par J.P. Dubost (PHIER) et Axel Gasquet (IHRIM). Il intéresse à la MSH de Clermont-Ferrand des chercheurs de plusieurs centres de recherche (CELIS, IHRIM, PHIER, EHIC) et anime une communauté de chercheurs dispersés en France et à l’étranger. Il vise à constituer, par convergence d’approches, un champ problématique et critique rassemblant essentiellement littéraires, anthropologues et philosophes autour d’un noyau de questions :

Quelles analyses, quelles méthodes, quel langage pour penser la différence des cultures tout en prenant en compte le fait qu’aucune d’elle ne peut jamais se targuer d’unicité, que toutes sont emmêlées et singulières depuis toujours et que la mondialisation actuelle n’est qu’une nouvelle phase dans l’histoire de la dimension mondiale de la (bonne ou mauvaise) rencontre entre cultures ?

Si l’éclatement de la notion d’Orient pensée au singulier est nécessaire, puisqu’il y a autant d’Orients que de formes de relation à l’Orient, et si la conquête occidentale du monde qui se veut sans reste ne peut pas effacer, ou suscite même, de nouvelles formes de relations Orient/Occident (ou Orient/Orient), comment penser et observer à la fois la disparition de la dichotomie Orient/Occident et ce qui de l’extérieur résiste à cette hégémonie ?

Il s’agit de donner à ces questions, diffuses ou dispersées dans de multiples publications et démarches scientifiques, cloisonnées par les spécialisations de la recherche et pourtant susceptibles de convergence, une cohérence réflexive et une consistance discursive, sans vouloir pour autant élaborer une théorie spécifique ou vouloir se substituer à la nébuleuse postcoloniale ou aux approches « décoloniales ».