Actualité

Outils

  • Annuaire
  • Plan d'accès
  • Contact
  • Plan du site

Les vitalismes. Histoire d'une équivoque ?

Les vitalismes. Histoire d'une équivoque ?

Colloque tournant sur l’histoire du vitalisme

LES VITALISMES. HISTOIRE D’UNE ÉQUIVOQUE ? Cycle de journées d’étude

L’UMR 8547 Pays Germaniques, l’UMR 5317 IHRIM et le PHIER de Clermont-Ferrand organisent conjointement une manifestation de type « colloque tournant » ou mise en réseau de quatre journées d’études individualisées thématiquement.

Comment l’« étiquette » « vitalisme » fonctionne-t-elle dans des contextes historiques entièrement différents, dotés de paradigmes métaphysiques et épistémologiques tout aussi différents et même parfois inconciliables ? Qu’est-ce qui la fait « résister » malgré cela ? Etant donné que le terme de vitalisme, quoique créé à l’époque moderne, a été exporté depuis en direction de l’Antiquité (Aristote, Hippocrate), nous réunirons des intervenants aussi bien pour cette période que pour celle de la Renaissance, de la période moderne, puis contemporaine avec le néo-vitalisme. Les thématiques directrices sont transversales – de façon que chacune des journées fasse dialoguer entre elles les différentes époques.

http://www.transfers.ens.fr/les-vit...

Organisation et contact :

Charlotte Morel, CNRS, UMR 8547 charlotte.morel@ens.fr

Alain Petit, Université Clermont Auvergne, PHIER apetit65@yahoo.fr

Journée 1 - Jeudi 19 octobre 2017- Paris

Réappropriations vitalistes : École normale supérieure, 29 rue d’Ulm, salle Langevin Ou comment le vitalisme d’une époque donnée s’appuie sur des figures d’une époque antérieure, dans quels buts, et avec quelles stratégies : 9h-12h30 François Pépin (Paris-Lyon) : Le « vitalisme » au XVIIIe siècle : de la pertinence d’un concept rétrospectif. Guido Giglioni (Macerata, Italie) : La promenade de l’âme. Quelques péripéties de la réception des Épidémies d’Hippocrate dans la première Modernité Alain Petit (Clermont-Ferrand) : De Janet à Aristote en passant par Cambridge, une rétro-histoire du vitalisme

14h15-17h30 Nicole Perret (Grenoble-Paris) : Téléologie et mécanisme dans les réappropriations de la notion kantienne d’organisation biologique Emmanuel Salanskis (Strasbourg) : Le pseudo-vitalisme de Nietzsche Barthélémy Durrive (Lyon-Aix en Provence) : La réappropriation canguilhémienne du vitalisme : une stratégie perspectiviste en paradigme bachelardien ?

Journée 2 - Jeudi 25 janvier 2018- Clermont-Ferrand Vitalisme et pathologie :

Maison des Sciences de l’Homme, 4, rue Ledru, amphi 220 -9h-17h Les enjeux relatifs au vitalisme peuvent varier selon que l’optique est métaphysique et épistémologique, ou tournée vers une approche pratique du corps vivant comme dans la médecine ; et plus spécifiquement dans ce qui touche au dynamisme du corps capable de recouvrer la santé ou de la maintenir. Ces variations potentielles entre les deux contextes sont-elles à nouveau historiquement affectées, précisément par le cadre épistémologique dominant de chaque époque ? Matinée : Renaissance et modernité Après-midi : Ouvertures contemporaines

Journée 3 – Jeudi 15 mars 2018 – Lyon Vitalisme et sciences de l’esprit :

École normale supérieure, 15 parvis Descartes (salle à préciser)

Il apparaît qu’à certaines périodes la position vitaliste est parfois étroitement liée au champ disciplinaire de la psychiatrie en émergence (19e), ou de la réflexion sur l’inconscient (19e-20e). Ce lien peut-il même s’attester à d’autres périodes ? Quelles sont les variations de son sens suivant les contextes scientifiques et historiques ?

Journée 4 – Jeudi 31 mai 2018- Paris Quels anti-vitalismes ? :

École normale supérieure, 29 rue d’Ulm, salle 235 A

Le caractère parfois insaisissable du terme de vitalisme lorsqu’il migre d’une époque à une autre apparaît corrélatif du fait que les positions qui se déterminent comme ses « opposées » sont diverses : mécanisme, matérialisme, physicalisme, nominalisme ; il faut aussi envisager les rapports à l’animisme, qui peut être soit exclu ou inclus dans le vitalisme lui-même selon l’extension du concept. L’objectif est de se demander quelles sont les intersections respectives de ces différentes oppositions : qu’est- ce que le débat « vitalisme vs. X » garde de commun avec le débat « vitalisme vs. Y »...? Qu’est-ce qui rend logiques les glissements observés d’une époque à l’autre ? Qu’est-ce qui se trouve éventuellement occulté ?