7ème goûter du PHIER : vendredi 5 février à 15h00

7ème goûter du PHIER : vendredi 5 février à 15h00

Pour sa 7ème séance, le vendredi 5 février à 15h00 salle 332 MSH, les « goûters » ont le plaisir d’accueillir Ludwig Crespin, doctorant au PHIER, qui donnera une conférence intitulée « Pour une autre naturalisation de l’esprit : redécouvrir la conscience par le rêve ».

Résumé : « Le grand attrait de l’étude du rêve gît dans le sentiment plus ou moins net que cette étude nous conduira à pouvoir considérer les formations mentales, le jeu des représentations comme aveugle, comme un système matériel ou plutôt sous cette figure et avec cette objectivité là ». Questions du rêve, P. Valéry

Tel que nous entendons ce mot de Valéry, le « comme » est essentiel : il ne s’agit pas de considérer d’emblée que l’esprit est un système matériel. L’idée est plutôt qu’étudier le rêve, à commencer par notre propre activité onirique, produit irrésistiblement un effet de naturalisation de l’esprit : nous nous mettons à considérer la vie mentale, y compris la nôtre, comme de l’extérieur, comme si nous n’étions pas le sujet de l’expérience vécue qui se déroule pourtant dans notre cerveau, comme si cette expérience n’était pas même celle d’un véritable sujet, d’un « je » pensant.

Nous verrons en particulier comment, à travers la question de l’objectivation des expériences conscientes du dormeur, la recherche sur le rêve permet de promouvoir une logique de naturalisation de la conscience qui, tout en rompant radicalement avec l’héritage dualiste du cartésianisme, rejette symétriquement la tentation, d’inspiration fonctionnaliste, d’une réduction du vécu à ce qui est cognitivement accédé par le sujet. Selon cette logique originale de naturalisation, récemment défendue par Victor Lamme (2010), et que l’on peut concevoir comme une extension de la proposition freudienne à l’expérience consciente elle-même, pas plus que le monde extérieur, l’expérience vécue par notre cerveau n’équivaut aux croyances du sujet à son égard - « Tout comme le physique, le psychique n’est pas en réalité tel qu’il nous apparaît », Freud, Métapsychologie.

A télécharger